Ce que j'ai trouve a Lichnya, c'est l'esperance.

Ce que j'ai trouve a Lichnya, c'est la resistance.

Ce que j'ai trouve a Lichnya, c'est la fraternite.

Ce que j'ai trouve a Lichnya, c'est la liberte.

Ce que j'ai trouve a Lichnya, c'est l'amour.

Vous me direz, quelle esperance? Je vous dirai celle d'un peuple blesse dans sa chair par un conflit meurtrier.

Vous me direz, quelle resistance? Je vous dirai celle de la foi et de la plume contre la violence des armes.

Vous me direz, quelle fraternite? Je vous dirai celle de l'amitie entre communautes chretiennes, catholiques et orthodoxes.

Vous me direz, quelle liberte? Je vous dirai celle d'aimer, et d'etre aime comme on est.

Vous me direz, quel amour? Je vous dirai celui du respect mutuel et surtout celui de Sa Majeste.

L'amour ne rend-il pas libre pour resister dans l'espoir que tous puissent redevenir freres?

Tout comme Dieu choisit au temps venu la petite ville de Bethleem pour engendrer son dessein d'Amour pour le monde par la naissance de son Messie, Dieu choisit en Ukraine Lichnya pour etre le temoin de son oeuvre de reconciliation pour les nouvelles generations, Son Eglise universelle, et pour abattre les murs entre l'Orient et l'Occident.

A Lichnya, j'ai trouve la tendresse de Dieu presente dans le coeur a coeur des echanges, dans la profondeur des themes evoques, dans la beaute et la sobriete du cadre, dans l'harmonie des talents qui s'offrent et se croisent tous azimut, avec beaucoup de generosite!

Une fois allumee, la lampe doit-elle rester sous le boisseau ? Non, nous dit Saint Matthieu. "On la met sur le chandelier et elle eclaire tous ceux qui sont dans la maison".

Search
User login
"Успенские чтения"

banner

banner